PROJET D'ÉTABLISSEMENT

Introduction

L’entrée dans notre école implique de la part de chacun (équipe éducative, parents et élèves) adhésion au projet d’établissement, disponibilité et investissement personnel. 

Notre volonté est de créer une école pour tous, basée sur le respect de chacun et de la nature, sur la coopération, l’autonomie, le fonctionnement démocratique, sur le développement de l’esprit critique, de l’imagination, de la créativité, de la confiance en soi et de l’esprit d’initiative. 

L’objectif de la pédagogie Freinet est de permettre à chaque jeune de développer son propre potentiel, de cultiver la coopération tout en inculquant le respect des individualités, et ce, grâce à l’esprit de collaboration qui doit régner entre élèves. Nous envisageons donc la pédagogie sous l’angle de la participation et de la coopération. L’investissement profond du jeune est essentiel dans ce type d’enseignement. L’objectif cognitif ne pourra en effet être atteint que lorsque le jeune aura investi son énergie personnelle dans un apprentissage. 

Le jeune qui est responsabilisé à travers une tâche a la possibilité d’expérimenter le sentiment de fierté et de satisfaction de soi. 

Afin de placer les élèves dans un état de besoin, de recherche de sens, on les stimule et on leur propose un projet collectif ou personnel. Ainsi, demandeurs de théorie pour mettre en pratique leur projet, ils deviennent beaucoup plus réceptifs à la matière enseignée. 

Il s’agit de donner du sens aux activités, aux apprentissages, ce qui exige une grande créativité et disponibilité de la part de l’enseignant. 

L’équipe pédagogique de l’établissement a le souci d’amener les élèves à la maîtrise des compétences telles que définies dans les référentiels de compétences terminales et des savoirs requis de la Fédération Wallonie Bruxelles. 

Une attention toute particulière est accordée à l’autonomie et la coopération, des valeurs qui sont toujours présentes dans notre esprit, lors de la mise en œuvre des moyens définis dans le projet d’établissement et des méthodes qui y sont appliquées. 

Ces objectifs essentiels sont indissociables des valeurs fondamentales du projet, telles qu’authenticité et épanouissement personnel, esprit critique, esprit d’initiative et créativité, liberté responsable, respect des autres, de la nature et du sens social. 

Il s’agit, à chaque occasion, de développer l’examen critique des jeunes face aux questions de société (économiques, sociales, culturelles, écologiques ou encore philosophiques) afin de faire progresser leur sens démocratique et de leur permettre de mieux comprendre les bouleversements du monde moderne. 

Nous tentons également d’amener nos étudiants à prendre vraiment conscience de l’enjeu démocratique, même en dehors du milieu scolaire. Ainsi, ils pourront disposer des moyens de maîtriser leur propre destin, à condition de rester vigilants, actifs, créatifs et volontaires.

Nos objectifs

• Une pédagogie basée sur les principes proposés par Célestin Freinet, où chaque adolescent est considéré dans sa globalité et où chacun est acteur de sa propre vie

• Un apprentissage qui se développe à partir de la curiosité des élèves ou de situations réelles pour donner du sens aux apprentissages

• Un climat dans lequel prime le souci d’humanité et de dialogue

• Une organisation basée sur des structures participatives qui s’imbriquent les unes dans les autres

• Des projets qui animent l’école et les apprentissages

• Un travail coordonné par une équipe pédagogique motivée, volontaire, et formée plus particulièrement aux pratiques des pédagogies actives

• Une construction collective (direction, animateurs, élèves, parents) qui privilégie l’implication, la négociation, le dialogue, la recherche, la remise en question et le perfectionnement

• L’acquisition progressive d’une autonomie sous le regard positif et constructif de l‘équipe pédagogique

• Une école en prise directe avec les réalités de la vie culturelle, sociale, politique, économique… et donc ouverte sur le monde. 

Nos valeurs essentielles

- Construire ensemble un laboratoire pour une société plus solidaire et plus juste

Nous rêvons d’une société plus vraie, plus juste, plus fraternelle, plus équitable, plus libre. Nous souhaitons que l’éducation n’entrave pas les passions de nos enfants, leur imagination, leur énergie créatrice, ni leur lien avec la réalité et ce qu’elle impose d’efforts, de patience et de calculs dans la réalisation de leurs projets rêvés. Notre projet est de réduire l’écart entre le rêve et la réalité, d’amener le jeune à un esprit d’initiative, d’innovation et de prise en main de son avenir. 

Les valeurs de coopération, de respect des personnes et de la nature, d’égalité, de refus de l’élitisme, du dogmatisme, de la compétition, de l’exploitation des hommes, de l’exclusion et du racisme sont défendues quotidiennement dans notre établissement

- Apprendre à apprendre, Apprendre à faire

Nous sommes convaincus qu’avoir envie d’apprendre et savoir apprendre est plus important que de savoir. L’envie d’apprendre passe par la capacité pour l’équipe enseignante et le groupe classe de donner du sens aux apprentissages, notamment en les ancrant dans le réel, faisant alors de l’élève l’acteur de son évolution. 

L’accent est donc mis sur la compréhension globale du fonctionnement ou de l’organisation d’un phénomène, de son analyse critique, notamment par l’apprentissage de techniques de recherches, de déduction, d’induction, l’utilisation d’outils ad hoc et la confrontation des opinions. 

Apprendre est une démarche continue au cours de laquelle le jeune construit lui-même idées et raisonnements. D’où l’importance de le laisser faire son propre chemin. C’est en effet lui qui doit combler ses lacunes que ce nouveau savoir met en évidence, relier ce qu’il apprend à ce qu’il sait déjà, poser des questions, faire tout ce qu’il pense devoir faire pour comprendre, parce que c’est lui qui sait ce dont il a besoin pour y arriver. Cette pensée, élaborée au prix d’une longue réflexion, reste ancrée solidement. 

Durant tous les apprentissages, les équipes pédagogiques veilleront à alterner stimulation de l’esprit, sport et travaux manuels en vue de permettre aux adolescents de disposer d’un bagage pratique minimal pour assumer les tâches essentielles d’un être humain bien engagé dans le 21è siècle. 

Notre enseignement vise à ouvrir nos élèves sur le monde et ses enjeux, mais aussi à favoriser le contact direct avec les matières (au propre comme au figuré), notamment en développant les savoirs-faire, via la recherche d’un équilibre entre l’intellectuel, l’émotionnel et le manuel. 

A ce titre, nous rappelons l’importance de l’expression artistique dans le processus de construction d’un adolescent, mais aussi dans sa capacité à générer des travaux transdisciplinaires, raison pour laquelle celle-ci fera l’objet d’une attention particulière dans nos programmes du premier cycle du secondaire. 

- Apprendre par expérimentation et tâtonnement - Cultiver le droit à l’erreur

Notre pédagogie est essentiellement une pédagogie de la participation : nous proposons de partir de l’intérêt des adolescents pour les rendre acteurs de leurs apprentissages. 

L’élève apprend chez nous, le plus souvent possible, par tâtonnement expérimental. Il faut laisser les élèves émettre leurs propres hypothèses, faire leurs propres découvertes, éventuellement constater et admettre leurs échecs mais aussi parvenir à de belles réussites dont ils peuvent se sentir les vrais auteurs. Les conséquences ? Une réelle motivation, une implication immédiate de chaque jeune, qui acquiert ainsi confiance en lui et en ses possibilités de progresser par lui-même. Il devient inutile d’apprendre par cœur quelque chose que l’on a découvert par tâtonnement expérimental ; on s’en souvient sans effort. 

Cette approche donne une vraie place à l’erreur dans la construction des savoirs. L’erreur permet de progresser, elle est toujours considérée de manière positive. La démarche d’analyse, de comparaison, de synthèse est autrement plus formatrice et riche que le savoir apporté « par le haut », de manière unilatérale et ex cathedra par le maître vers l’élève. 

- Valoriser la curiosité, la créativité, l’imagination

Les apprentissages prennent la forme de travaux individuels ou en groupe, partent des centres d’intérêts des élèves (causeries, thèmes) ou font référence à l’actualité. L’ouverture sur l’extérieur (entreprises, associations, experts, culture, musées, collectivités locales) qu’il soit proche ou lointain (via les voyages scolaires et les excursions notamment) redonne du sens et crée des liens entre les apprentissages et la réalité. Par le biais de réalisations concrètes, l’étudiant perçoit l’intérêt d’apprendre : projet théâtre, conférences, rédaction de nouvelles, chansons, projet citoyen, projets interdisciplinaires, travaux pratiques, chefs-d’œuvre … 

Une large part est laissée à la créativité dans les travaux et apprentissages des étudiants. Il est pour nous essentiel de développer des êtres doués d’imagination fertile, capables de produire des solutions qui « sortent du cadre » et questionnent l’ordre établi. Il est prouvé que les enseignements traditionnels ont tendance à normer une vision du monde. Nous souhaitons que chacun de nos élèves garde en lui sa part d’enfance, d’innocence, qui lui permettra d’imaginer un ensemble de chemins pour atteindre son objectif et choisir le plus adapté à sa situation. Dans ce contexte, l’originalité est vue comme une force, qu’il convient parfois de canaliser pour éviter de se disperser. 

- La transdisciplinarité comme moteur de l’intérêt

Le fonctionnement par projets au sein d’un groupe classe, basé sur les intérêts des élèves, sur l’actualité ou sur des sujets de société de fond, font inévitablement appel à une transdisciplinarité forte entre les enseignants des différentes matières. Cette transdisciplinarité doit être un mode de fonctionnement naturel au sein de l’équipe pédagogique. Elle s’appuie sur des réunions de préparation ad hoc au sein du corps enseignant ainsi que sur les propositions des élèves. Les matières qui lient différents aspects d’un même projet sont de nature à créer des connexions pérennes chez les apprenants, qui seront marqués par ces apprentissages et qui auront plus naturellement tendance, à l’avenir, à faire des liens transversaux et avoir une pensée latérale. 

- Reconsidérer l’échec

Notre enseignement vise à aider les jeunes à réussir leurs études, leurs projets, leurs rêves, leur vie actuelle et future. Dans ce contexte, il nous semble impératif de repenser le rôle de l’évaluation et du redoublement. L’adulte n’est pas un juge. L’échec est inhibiteur et destructeur de l’enthousiasme. La comparaison à autrui sur une base aussi triviale que des notes est stigmatisante et frustrante. Nous voulons éviter tout cela ! L’évaluation doit être continue, évolutive et mettre l’accent sur les progrès réalisés. Elle veille à communiquer une image complète de l’adolescent. Il est comparé à lui-même et prend la dimension de son évolution. L’autoévaluation permet aussi au jeune de ne pas se conformer au seul désir de l’adulte mais de construire peu à peu ses propres systèmes de référence. Des outils personnalisés sont proposés à ceux qui en ont besoin. La remédiation reste un outil très efficace pour amener ceux qui s’évaluent en situation de manques à acquérir les bases qu’ils leur manquent pour rattraper le groupe classe ou le niveau qu’ils se sont fixés. 

- Offrir cette pédagogie aux adolescents ayant des besoins spécifiques

Notre pédagogie vise à trouver dans les particularités de chacun les forces qui feront de lui, d’elle, un individu bien ancré dans son monde, quel que soit son diagnostic initial. Nous nous nourrissons des différences pour faire avancer le groupe classe. 

Compétences à développer :

- Développer l’esprit critique et l’analyse

En s’interrogeant sur les sources et sur la pertinence des informations, en distinguant les faits des opinions, le jeune est amené à remettre en question les informations reçues et à se forger sa propre vérité. 

L’enseignant veille à exercer cet esprit critique à toute occasion et dans le plus de matières possibles. Les débats sur les grandes idées de société et utopies servent de base au questionnement et à l’approfondissement de points d’intérêt pour chaque adolescent. 

L’analyse déductive et inductive est encouragée, de même que la capacité à réfléchir de manière transversale. Le partage de ces réflexions avec le groupe classe est la norme. 

- Développer l’autonomie

Connaître ses forces et repousser ses limites, découvrir et développer ses propres potentialités. Développer ses propres méthodes de travail, tirer profit de ses erreurs, gérer ses acquis et les difficultés inhérentes à l’apprentissage. Développer sa capacité à rebondir, à chercher et à obtenir de l’aide si besoin. 

- Développer la coopération

* Faire le pari de la diversité : nous considérons la diversité de profils parmi les élèves comme une condition pour déployer une coopération enrichissante pour chacun.

* Coopérer pour valoriser un esprit classe plutôt que la compétition. Dans nos écoles nous rechercherons toujours les échanges harmonieux entre élèves d’une classe ainsi qu’entre élèves et enseignants. La construction d’un véritable esprit de classe, mêlant respect, entraide et désir de progresser ensemble est l’une des clés de voûte de notre pédagogie. Celle-ci ne peut être réussie qu’avec le concours de chacun.

* Coopérer pour mieux apprendre. La meilleure façon de comprendre quelque chose est de l’expliquer à d’autres. C’est alors que ce qu’on ne fait peut être jusqu’alors qu’entrevoir peut devenir, en l’exprimant, tout à fait clair. Si chacun a la possibilité de dire comment il comprend les choses, le groupe bénéficie de toutes ces différentes formulations.

* L’équipe pédagogique est chargée de mettre en place les conditions dans lesquelles les jeunes, rassemblés en petits groupes, coopèrent pour atteindre individuellement et collectivement les objectifs qu’ils se sont fixés.

* Coopérer entre enseignants est une condition sine qua non pour développer la transdisciplinarité

* Les relations entre enseignants et élèves doivent être envisagées dans la confiance et le respect mutuel, sous le regard bienveillant et encourageant de l’adulte.

* Le rôle joué par les parents est significatif, tant à la maison que pour l’école. Dès lors, contre la participation active et désintéressée des parents, l’école leur doit en retour une transparence totale tant sur les enseignements que sur la gouvernance scolaire. Les structures participatives (conseils de classe, délégués, Pouvoir organisateurs, amis) doivent permettre à tous les parents de disposer des canaux de communication adéquats, allant bien au-delà des journaux de classe et des copies à signer. 

- Développer la confiance en soi

L’école souhaite que ses élèves et enseignants y passent des moments heureux et qu’ils aient tous un désir de s’y rendre chaque matin. Le bien-être de chacun constitue un objectif de notre enseignement. Les stratégies positionnelles et la compétition par la possession ou l’apparence sont évitées, réduites ou découragées par la discussion et l’anticipation. 

L’école et les enseignants mettent en œuvre un environnement qui permet à chacun d’oser s’affirmer, de prendre sa place, de défendre ses idées. Pour ce faire, le rôle de l’adulte est celui d’un animateur, c’est à dire un incitateur, un facilitateur, un accompagnateur, un guide, une personne ressource pour son groupe classe, qui prend en compte tous les aspects des jeunes dont il a la charge. L’animateur n’est pas le détenteur du savoir, c’est un être humain en relation authentique avec le jeune (y compris avec ses faiblesses, ses questionnements et ses non réponses). 

La chose la plus importante qu’un enseignant est à transmettre est la passion d’apprendre. Son rôle consiste à aider les jeunes à s’engager et à les guider dans un processus personnel qui leur permettra de déduire, de comprendre et d’apprendre, à leur faciliter la tâche, à faire en sorte qu’ils ne rencontrent pas de fausses difficultés et qu’ils puissent accomplir toutes les démarches intellectuelles et manuelles qu’ils jugent nécessaire. 

- Développer le respect de soi et des autres

Notre souhait est d’arriver à ce que le jeune se construise une image positive de lui même et du monde qui l’entoure, sans tomber dans le travers facile de la conformation et de la standardisation proposé par la société via ses processus de conversion de masses à la dernière nouveauté du moment. 

Le passage de l’enfance à l’âge adulte est un processus continu, lent, et évolutif, fait de phases successives et de recherche de mentors. L’esprit critique, l’imagination et l’ouverture d’esprit doivent être sans cesse rappelés au jeune, pour l’amener à s’interroger et à se positionner tant par rapport à l’image d’un ’élève trop docile qui reproduirait fidèlement des 

messages appris que par rapport aux sirènes de la société d’hyper-consommation où les phénomènes grégaires peuvent conduire chacun à dévier très rapidement de la route qu’il s’était tracée. 

Chacun est unique, s’inscrit dans une famille, a son histoire personnelle, et une multitude d’appartenances. Le jeune est un être en construction, en évolution, et l’équipe éducative tient compte de ce qui l’a construit jusqu’alors, de son histoire, de son passé scolaire, de son vécu personnel et son état physique et psychologique. Ce respect mutuel vaut également au sein du groupe classe, où chacun apporte ses différences comme un facteur d’enrichissement des relations communes. 

Nous prônons la coexistence d’attitudes philosophiques, religieuses et politiques différentes. L’adolescence est une période propice au questionnement sur soi, d’où l’on vient, qui on est etc. L’ouverture sur une multiplicité de points de vue stimule l’esprit et peut mener à des choix personnels. Il n’y a pas de vérité unique mais de nombreux regards possibles sur le monde. 

Dans cet esprit nous bannissons les ségrégations et prônons l’égalité dans le respect de la différence. 

Enfin, nous considérons qu’un être a autant de valeur qu’il soit enfant ou adulte. La hiérarchie étant alors considérée comme fonctionnelle, le tutoiement est un facilitateur souvent utilisé entre adolescents et adultes. 

- Développer le respect de la nature, de l’environnement

Dans un monde en mutation rapide, nous souhaitons profiter de notre implantation en zone semi rurale et à l’immédiate proximité d’espaces naturels pour inculquer à nos élèves le goût du travail bien fait dans le respect des limites imposées par notre planète. Limites en matière de prélèvements pour vivre heureux, limites en matières de consommation, de destruction, mais aussi limites en matière d’accélération et de gains d’efficience par les techniques et le progrès. Nous prônons l’équité dans la répartition des ressources, des richesses et des savoirs. Notre objectif sera de faire en sorte que chacun puisse percevoir ces limites, comprendre comment les intégrer dans son projet de vie à long terme et dans ses actions quotidiennes. Ce respect de la beauté offerte par la nature, de l’immense complexité inhérente au fonctionnement des écosystèmes sous-tendra de nombreux enseignements tout au long du cursus de nos élèves. 

- Développer l’apprentissage de la démocratie via la participation active des élèves dans les processus internes à l’école.

La démocratie participative est le ciment du fonctionnement interne de nos enseignements. Celle-ci s’exerce à plusieurs niveaux : à l’échelle de la classe, des cycles d’enseignement, et de l’école. Elle comprend une dimension interne (direction, personnel pédagogique, personnel d’encadrement, élèves) et externe (intégration des parents). Notre Règlement d’Ordre Intérieur détaille le fonctionnement des différentes instances de gouvernance de l’établissement et de ses entités. Notre objectif est d’y associer à chaque niveau des élèves en vue de leur permettre de comprendre le fonctionnement des institutions démocratiques et d’influencer sur celles-ci. Les élèves décideront ensemble de la meilleure manière de désigner leurs représentants au sein de ses instances, et apprendront de la sorte le fonctionnement de l’élection, de la représentation et du partage des savoirs et des pouvoirs que ces positions confèrent. 

En matière d’autorité, nous rédigerons en commun avec les élèves une charte reprenant les règles de vie à l’école, pour permettre à tous de mieux accepter ce qui a été discuté et compris. Le respect de la charte ne se négocie pas. Les manquements entrainent des 

réactions appropriées et immédiates. Par contre, chacun peut demander à ce que soient rediscutés les différents points de cette charte. 

Nous pensons qu’il est fondamental d’être responsable de soi, de ses sentiments, de ses paroles, de ses actes et d’être coresponsable de ce qu’on partage avec d’autres. Il faut assumer chaque situation dans sa complexité donc aussi avec ses aspects pénibles et difficiles.