HISTOIRE

PointDeDépart

Le point de départ

C’est dans les couloirs d’une école primaire à pédagogie active du Brabant Wallon que le projet démarre. Un groupe de parents, avec la question de : «Et après, quelle école pour nos enfants ?», se lance dans ce défi un peu fou de créer une école secondaire pour combler le manque d’offre dans la région.

Au hasard de l’information relayée par les réseaux sociaux, d’autres parents d’autres écoles primaires à pédagogie active rejoignent l’équipe. Des contacts sont pris avec les écoles naissantes de la FELSI (réseau libre non-confessionnel) à Bruxelles telles que l’Ecole Active et De L’Autre Côté de l’Ecole pour bénéficier de leur expérience.

Première gageure : trouver une localisation. Nous voilà donc partis avec notre bâton de pèlerin frapper aux portes des différentes administrations communales du centre-ouest du Brabant Wallon.

Et la Commune de Genappe répond présent !

Les négociations démarrent et s’orientent vers le site de l’ancienne sucrerie en voie de réhabilitation. S’en suivent des heures de réunions, tergiversations et de rédaction pour peaufiner notre projet.

La création de l'asbl NESPA-BW

Le 06 octobre 2015, au bout d’à peine une année de travail, l’équipe est prête à déposer son dossier d’école. L’asbl NESPA-BW pour Nouvelle Ecole à Pédagogie Active en Brabant Wallon est créée par onze membres fondateurs : Xavier Blondiau, Cécile Bodart, Frédéric Chomé, Sylviane Delval, Laurence Dermine, Jean Heintzen, James Hellinckx, Julie Jonniaux, Olivia Schaar, Thibaut Simon et Geoffroy Stévenne.

 

Rentrée
espoir

L'espoir

Et puis c’est l’attente, l’espoir de recevoir l’autorisation de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour ouvrir notre école.

Mais le ciel s’assombrit. Nous devons faire face aux lenteurs administratives et aux incohérences ministérielles.

En janvier 2016 est lancée une pétition et une campagne de pré-inscriptions dans l’espoir de faire bouger les lignes. Et c’est l’éclaircie : 65 familles inscriraient leur enfant dans notre école pour la rentrée de septembre 2017 et environ 300 autres pour les années suivantes ! Le nombre d’élèves minimum permettant l’ouverture serait dépassé. Dans le même temps, nous récoltons quelques 2500 signatures ainsi qu’une quarantaine de CV d’enseignants, éducateurs intéressés… Notre projet suscite décidément l’intérêt de la population brabançonne.

Des groupes de travail sont lancés avec les enseignants motivés.

Puis à nouveau l’attente. Nous subissons la démission de la ministre Mme Milquet.

En novembre 2016, nouveau coup de tonnerre : un projet de DOA « Collège archiépiscopal Père Damien » (degré d’observation autonome - établissement organisant le premier degré du secondaire uniquement) porté par le réseau catholique vient compliquer nos négociations avec la Fédération Wallonie-Bruxelles. En effet, ils convoitent la même parcelle du terrain de la sucrerie.

 

L'énergie

Qu’à cela ne tienne, nous décidons d’avancer sur le projet constructif et lançons un concours d’architecture en mars 2017. Et nouvelle éclaircie : les bureaux d’architectes nous suivent et affirment leur intérêt. 10 dossiers sont déposés dont nous en sélectionnons 5 pour la « finale ».

En mai 2017, la Commune de Genappe nous manifeste son soutien, nous obtenons l’autorisation de nous implanter provisoirement sur la Plaine Communale. Situation idéale à de nombreux niveaux (terrain spacieux et facilement accessible, proximité de la salle multisports, connexion avec le centre de Genappe, …).

La proclamation du concours d’architecture est organisée le 18 juillet 2017 et désigne l’association Pierre Blondel – Verte Voie comme grand gagnant. Nous sommes à la veille du conseil du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles où NESPA est mise à l’ordre du jour. La tension est à son comble.

Et le 20 juillet 2017, la décision tombe enfin : l’école verra bien le jour !

En septembre 2017, la course contre la montre démarre. Il ne reste que 10 mois pour faire sortir l’école de terre. Contacts sont pris avec les différents interlocuteurs, les négociations commencent.

Le 30 novembre 2017, nouveau coup de théâtre : la Commune de Genappe revient sur sa proposition du terrain de la Plaine Communale pour des questions de mobilité. Nous devons, en urgence, revoir tous les plans d’installation provisoire pour migrer sur la parcelle dite de la Maison du Directeur de la sucrerie. La demande de permis d’urbanisme pour l’implantation provisoire est déposée en février 2018.

 

energie
Equipe NESPA

L'équipe

Mais l’équipe tient bon et poursuit le travail également sur le volet pédagogique : Marie-Julie LOPPE est engagée comme directrice le 1e janvier 2018, une réserve de recrutement est constituée en février pour les enseignants pressentis, des journées de formation à la pédagogie Freinet sont organisées pour l’équipe entière.

L’équipe éducative est connue en juin 2018 :

Marie-Julie Loppe - Direction
Stéphanie Masouin - Économat
Christine Fougeront - Éducatrice
Isabelle Fauconnier - Coordination Pédagogique
Marie-Bénédicte Bourdeaux – Latin
Frédéric Brasseur - Histoire-Géo et Sciences
Bénédicte Cloespin - Nederlands
Fanny De Waele - Mathématiques
Sandrine Kegelart - Arts de la Parole
Cécile Minot - Arts Plastiques
Marie Parmentier - Français
Tom Pierard - Éducation Physique
Mehdi Sahnoun - Techno
Pascale Smeesters – Morale

L'implantation

Le 06 juin 2018, alors que la Maison du Directeur devait être démolie déjà depuis plusieurs semaines, l’annonce tombe officiellement : de l’amiante présente dans le bâtiment empêche la poursuite des travaux ! Nouvelle douche froide,  nouveau branle-bas de combat pour élaborer un plan B et éviter de mettre à la rue nos 70 élèves inscrits !

Une solution de repli (et quelle solution !!) est trouvée en à peine 10 jours : l’école ouvrira dans l’ancienne ferme de l’Abbaye de Villers-la-Ville ! Le luxe intégral !

Une dérogation d’un an est octroyée par la Fédération Wallonie-Bruxelles pour que NESPA puisse s’implanter à Villers plutôt que Genappe.

abaca520-1adf-42f4-85f4-11d1afacd465